INTRODUCTION

Les spécialistes des sciences sociales du Nord qui travaillent sur le continent africain s’appuient depuis longtemps sur les connaissances et les compétences des chercheurs locaux. Sans cette aide, il serait impossible pour de nombreux chercheurs du Nord de se retrouver dans les subtilités et la complexité du terrain, en particulier dans les situations d’insécurité et de conflit. Pourtant, cette dynamique découle des relations de pouvoir coloniales. Même aujourd’hui, les chercheurs du Sud sont trop souvent qualifiés de simples « arrangeurs », « guides » ou « collecteurs de données » pour leurs homologues du Nord – alors qu’ils devraient en fait être reconnus comme des collaborateurs essentiels dans la recherche universitaire.

Début 2018, une trentaine de chercheurs basés en République démocratique du Congo (RDC) et en Europe se sont réunis dans la ville de Bukavu, à l’est du pays, pour discuter de la mise à l’écart persistante des chercheurs du Sud dans les cycles contemporains de production de connaissances. Au cours des deux années suivantes, le groupe se réunira à plusieurs reprises à Bukavu pour une série d’ateliers intensifs. Tout au long de ces rencontres, les participants ont cherché à explorer – et à commencer à aborder – les questions éthiques qui se posent lorsque des chercheurs du Nord engagent des collègues du Sud pour effectuer des travaux de terrain dans des contextes de conflit et de post-conflit.

Ces réflexions ont conduit à la création de la « Série Bukavu », un projet de blog hébergé par le réseau Governance in Conflict (GIC) Network qui vise à donner de l’espace à ceux qui restent souvent invisibles ou marginalisés dans la production de connaissances. Cette année, ces blogs ont été rassemblés dans un livre intitulé « The #BukavuSeries » : Vers une décolonisation de la recherche universitaire. Le célèbre caricaturiste politique congolais Tembo Kash a rejoint le projet en créant une série de caricatures illustrant les principaux thèmes du livre. Ses illustrations pour The #BukavuSeries forment le cœur de cette exposition numérique.

Tout au long de ces rencontres, les participants ont cherché à explorer – et à commencer à aborder – les questions éthiques qui se posent lorsque des chercheurs du Nord engagent des collègues du Sud pour effectuer des travaux de terrain dans des contextes de conflit et de post-conflit.

Les essais de The #BukavuSeries examinent les vulnérabilités des chercheurs locaux, posent des questions difficiles sur le problème de la paternité des œuvres dans les collaborations Nord-Sud, appellent à une plus grande responsabilité envers les communautés interrogées et suscitent un débat sur un large éventail d’autres questions trop souvent ignorées lors de la phase de travail sur le terrain de la recherche universitaire, notamment les traumatismes et le stress émotionnel.

Les idées véhiculées dans ces essais – et vivement illustrées par les œuvres de Tembo Kash dénoncent la violence structurelle qui persiste dans le processus de production de connaissances universitaires. Ils affirment que ce processus est, entre autres, responsable de la déshumanisation et de l’effacement des chercheurs du Sud. En même temps, ils offrent des aperçus profonds et instructifs sur la manière dont les chercheurs du Sud pourraient être intégrés au processus de recherche en tant que partenaires à part entière et faire enfin entendre leur voix. Comme les chercheurs disent, ce n’est qu’en adoptant une posture réflexive et critique à l’égard de nos rôles respectifs dans la pratique de la recherche collaborative que nous pourrons progresser dans la décolonisation de la recherche et l’établissement de partenariats plus égaux.

Les idées véhiculées dans ces essais – et vivement illustrées par les œuvres de Tembo Kash dénoncent la violence structurelle qui persiste dans le processus de production de connaissances universitaires.

Le projet est une collaboration entre l’Université de Gand et l’Université Catholique de Louvain en Belgique, et Angaza Institute et le Groupe d’Études sur les Conflits et la Sécurité Humaine, basés à Bukavu. Il a reçu un financement d’ARES et a également été rendu possible grâce au soutien du Conflict Research Programme et du the Centre for Public Authority and International Development de la London School of Economics and Political Science.

Copyright © 2020 by bukavuseries.com and Tembo Kash. All rights reserved. This website, images, content or any portion thereof may not be reproduced or used in any manner whatsoever without the express written permission of the publisher. For more information contact: intdev.crp@lse.ac.uk

Terms of Use